Moi_edited.jpg

Thierry Talon

UN PEU DE MOI

Enfant, j’ai toujours voulu faire du dessin mon métier. Est-ce par paresse que je me suis dirigé vers la photographie ? Peut-être, ou alors est-ce la passion que mon père lui portait ? Beaucoup de questions qui ne m’ont pas beaucoup aidé dans mes choix, car la vie professionnelle qui m’attendait était toute autre. Après avoir fait un apprentissage de sérigraphe, très vite je me suis dirigé vers le travail social. J’ai découvert l’univers du handicap mental, de la différence, puis je me suis intéressé plus particulièrement à la souffrance, mais aussi au bonheur et à la spontanéité de l’enfance. Je suis né au début des années soixante, mais je me suis appliqué à prendre de soin de l’enfant qui est en moi.
Aujourd’hui, je déborde de projets, je continue mes formations dans mon domaine professionnel pour répondre humblement aux besoins des autres, je photographie, je m’occupe de mon jardin et je procrastine autour d’un roman graphique inspiré de mes voyages en terre jaïn.

 
 

Démarche artistique

La photographie

Souvent spontanée, la prise de vue n’est que rarement réfléchie, elle vient à moi naturellement.

L’instant figé est parfois apprivoisé, quelquefois hasardeux, furtif, mais il est toujours le fruit d’une rencontre avec l’autre ou avec le lieu qui m’entoure. Le voyage n’aurait pas eu lieu sans l’intention de photographier. L’appareil devient pour moi un prétexte à la découverte, ici ou ailleurs, peu importe.

J’ai besoin d’oublier mes repères pour mieux m’imprégner de ce qui m’entoure. C’est souvent la lumière qui me guide. J’apprends à être patient, à attendre encore, à être pleinement présent. Parfois, la vie s’émerveille sur un tout petit rien.

La photographie, c’est pour moi le prolongement d’un instant où le rêve est permis.

En terre jaïn

La devise des Jaïns est que les vies se doivent un mutuel respect. Les créatures se réincarnent sous différentes apparences depuis toujours, et c’est pourquoi cette religion insiste sur le respect de la non-violence.

Tout comme l’hindouisme et le bouddhisme, il est basé sur la théorie du karma : c’est-à-dire en prenant en compte les vies antérieures, présentes et futures. Ainsi, les Jaïns pensent que le monde est « souffrance » et que la seule manière d’y échapper est de se libérer de la grande roue de la réincarnation. Leur philosophie repose sur l’idée que les âmes transmigrent aussi bien par les animaux, les végétaux et les minéraux, ce qui amène l’homme à ne faire aucun mal à tout ce qui vit.

Depuis 2002, je sillonne l'Inde sur les traces de cette religion non violente, le jaïnisme.


Cependant, aujourd’hui je prends davantage conscience de la nécessité de diminuer mon empreinte carbone et je diminue considérablement mes envies d’ailleurs.

 

Expositions

2002 La Treille - 1872 Troistorrent

« Wallah et autres portraits de l’inde »


2012 Château de la Roche - 1867 Ollon

« Jaïn »


2020 -2022 - 1856 Corbeyrier

Expo chez nous / intérieur et jardin

« Ambiance de la nature - Photographie de la région »

 

INFORMATIONS COPYRIGHT

Symbole Ré-Visionnaire:  Je laisse mes œuvres libres de droit afin qu’elles puissent être partagées entre personnes qui souhaiteraient les reproduire dans l’esprit du Collectif, dans la mesure où ils m’indiquent bien comme auteur. 
Symbole Copyright:  Je suis détenteur du copyright de mes propres œuvres : mon travail ne peut pas être reproduit, hormis par le Collectif d’Art Ré-Visionnaire, dans les conditions telles qu’indiquées ci-dessus au point 1. Sauf accord écrit de ma part.

 

CONTACT

Thierry Talon

Chemin du Bouillet 7

CH 1856 Corbeyrier

+41 79 138 46 10

facebook

Instagram

Instagram en terre Jaïn